Archives de catégorie : Culture indienne

Découvrez la culture indienne comme vous ne l’avez jamais vue ! Plongez au cœur des coutumes et traditions des habitants de l’Inde et alentours pour un voyage culturel exceptionnel ! Religions, cuisine traditionnelle, mœurs au quotidien… Vous serez incollables.

Cette région du monde chargée d’histoire recèle de folklore traditionnel mêlé à une forte présence religieuse majoritairement hindouiste représentée par de nombreux temples et monuments. Soyez charmés par la culture indienne et ses codes et apprenez-en plus sur l’Inde, pays magique !

New Delhi, une ville aux mille facettes

Bangla_Sahib_New_Delhi

On confond parfois Delhi et New Delhi. En tant que capitale de l’Inde, New Delhi abrite les principales institutions du pays avec notamment le Parlement, la Cour Suprême et bien entendu le siège du Gouvernement.

C’est une municipalité de 250 000 habitants faisant partie du Territoire de Delhi qui représente la sixième plus grosse agglomération du monde avec un peu plus de 16 millions d’habitants et qui constitue le moteur de l’économie indienne. Il est important de savoir que New Delhi est une ville nouvelle qui fut créée par les Britanniques au début du XXe siècle. Sa position centrale en fait un parfait point de départ pour visiter le pays, mais n’oubliez pas que New Delhi et ses alentours méritent à eux seuls le déplacement avec une architecture unique et de nombreux monuments. Il y a notamment plusieurs lieux classés au patrimoine mondial de l’UNESCO à ne pas manquer.

fort-rouge-new-delhi

Birla_Mandir_New_Delhi

Temple Birla Mandir ou Lakshmi Narayana à New Delhi – Crédit Photo : Wikipedia/Ashishbhatnagar72

Gurudwara_Bangla_Sahib_New_Delhi

Gurudwara Bangla Sahib à New Delhi – Crédit photo : Wikipedia/Ekabhishek

Le Fort Rouge emblème de la capitale

Ce fort est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2007. Il tient son nom du grès rouge qui le recouvre et fut construit par l’Empereur Moghol Shah Jahan bien que son règne fut très bref. Le visiter est un véritable saut dans le temps, vous commencerez par l’ancienne galerie commerciale pour ensuite vous diriger vers la salle des tambours où jouaient les musiciens et enfin découvrir les appartements de l’Empereur. Une fois la visite terminée, n’hésitez pas à passer un peu de temps dans les magnifiques jardins Moghols et à vous imprégner de ce lieu chargé d’histoire qui rend hommage aux résistants indiens ayant combattu les Britanniques ainsi qu’à la courte suprématie Moghol.

fort-rouge-new-delhi

Le Tombeau de Humayun, une source d’inspiration architecturale

C’est la première « tombe jardin » jamais construite en Inde et c’est l’un des principaux symboles de l’art Moghol. La beauté de son architecture ne vous laissera pas indifférent, ce monument est composé de grès rouge et de marbre blanc et entouré de superbes jardins persans. Il fut construit en l’honneur de Humayan, qui fût le deuxième empereur de l’empire Moghol au 16ème siècle, par sa veuve.

tombeau-humayun-indes

Le village Fatehpur Sikri, citadelle impériale

C’est un lieu désormais fantôme, mais très bien entretenu par les autorités indiennes dont la construction fut orchestrée par l’empereur Akbar qui souhaitait faire une offrande au Saint Salim Chisti qui lui avait prédit qu’il aurait trois fils. Il y repose en paix depuis. On dit aussi qu’il lui permettait d’accueillir son harem composé de plus de 5000 femmes. C’est un lieu chargé d’histoire qui est considéré par de nombreux spécialistes comme l’un des joyaux de l’art Moghol.

Le Taj Mahal, monument symbole de l’inde

Ceux qui connaissent la géographie indienne s’étonneront peut-être de retrouver dans notre liste ce monument emblématique. Mais qu’est-ce que 160 km quand on parler du Taj Mahal… C’est en effet la distance qui sépare Agra, la ville où il se trouve, de New Delhi. C’est un véritable palais dont l’architecture est connue dans le monde entier, il fait partie des lieux mythiques pour de nombreux touristes qui ont eu la chance de l’admirer.

taj-mahal-

Tout comme le Fort Rouge, on doit sa construction à l’empereur Moghol Shah Jahan qui, fou de chagrin après la mort de sa femme qui venait de mettre au monde leur quatorzième enfant, voulut lui rendre hommage. Son nom signifie Palais des Découvertes et c’est l’un des monuments les plus visités au monde. La légende raconte qu’une fois sa construction achevée, les 20 000 ouvriers eurent les mains coupées pour ne jamais reproduire l’équivalent ailleurs.

taj-mahal

Pour découvrir davantage d’infos et de photos de New Delhi, n’hésitez pas à consulter ces comptes Facebook et Twitter : https://fr-fr.facebook.com/VoyagePrive et https://twitter.com/voyageprive.

Crédit photo à la une : Wikimedia/Ram Singh

 

Arthur
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

La vache sacrée en Inde

Même si vous n’êtes jamais allé en Inde, il est bien connu que la vache est considérée comme un animal sacré, notamment chez les hindous. Peu importe si elle crée des embouteillages dans les rues, les Indiens la respectent quoiqu’il arrive. Ici, on vous explique pourquoi la vache est si importante en Inde et pour de nombreuses civilisations.

La vache : mère de toutes les créatures

En hindi, on désigne la vache sous le terme de gao mata, qui veut dire « Mère Vache ». Cet animal sacré en Inde y est en effet considéré comme une « mère universelle » parce qu’elle peut donner son lait à toutes les créatures de la Terre, même si ce ne sont pas ses veaux. On salue donc cette qualité comme étant la plus haute forme de don. Même Mahatma Gandhi, considéré comme un important guide spirituel en Inde, y a consacré certains écrits.

vache-sacrée-mère

Dans ses Lettres à l’ashram, dans lesquelles il parle de protection de la vache, Gandhi estimait qu’il était du devoir absolu des hindous de défendre la « Mère Vache ». Pour lui, l’hindouisme ne peut exister que si les hommes rendent un culte aux bovins et les protègent, même au péril de leur vie. Ce principe de protection de la vache est censé être respecté parmi tous les individus de la planète et pas uniquement en Inde.

La vache sacrée dans la religion

De nos jours, la vache est surtout vénérée chez les hindous. Mais on retrouve ce culte à travers l’histoire de nombreuses civilisations. En effet, on la vénérait déjà dans les religions de l’Égypte ancienne mais également en Grèce et dans la Rome antique. Dans l’hindouisme, la vache représente un bien précieux, offert dans les cérémonies religieuses pour produire un mélange de lait, de lait caillé, de beurre, d’urine et de bouse, auxquels les Indiens attribuent des propriétés purificatrices.

Hindou priant devant deux vaches

Et le bœuf, un animal sacré ?

En revanche, un bœuf né d’une vache n’acquiert pas le même statut que sa mère puisqu’il ne possède pas les mêmes propriétés généreuses. La consommation de la vache en tant que nourriture est fermement proscrite, tandis que celle du bœuf est autorisée, ne soyez donc pas surpris de voir un filet de boeuf à la carte de certains restaurants. Il est d’ailleurs surtout mangé par les basses castes indiennes et les intouchables. Cette pratique est répandue dans les États du sud du pays notamment, comme le Tamil Nadu, où les hautes castes sont peu nombreuses.

Roxane
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Faire un stage de yoga en Inde du Nord

Quoi de mieux pour découvrir les origines du yoga que de se rendre en Inde du Nord ? La région est le berceau de cette discipline basée sur l’union du corps et de l’esprit, idéale donc pour s’immerger dans la culture hindoue indienne. Pour un voyage spirituel au pays des Mille et Une Nuits, c’est par ici…

Yoga en Inde du Nord : centres, écoles et ashrams

yoga-inde-nord-pratique

Il existe de nombreuses variantes de pratique du yoga. Le tantra-yoga en fait partie et s’exprime au travers de deux religions : le bouddhisme tantrique, présent surtout au Tibet, au Bhoutan, au Népal et au Japon, et l’hindouisme tantrique, principalement au nord de l’Inde. Vous pouvez pratiquer le yoga presque partout dans cette région, mais certaines institutions n’acceptent pas les débutants. Renseignez-vous donc bien avant par des voyageurs ayant déjà tenté l’expérience et visitez plusieurs centres afin de trouver celui qui correspond à vos capacités et à vos besoins.

Dans l’État du Bihar

Dans la ville de Munger, rendez-vous dans la Bihar School of Yoga. Il s’agit d’un centre d’études très réputé, fondé par le yogi Satyananda Saraswati en 1964. On y dispense un enseignement à long terme de minimum un mois, avec hébergement sur place. Si vous le souhaitez, vous pourrez également y passer des diplômes, à condition de rester un an environ sur le campus.

Dans l’État d’Uttarakhand

A Rishikesh et à Haridwar, vous trouverez de nombreux et excellents centres et ashrams qui enseignent le yoga. Du niveau débutant jusqu’aux techniques les plus avancées, il est également possible de suivre des formations pour les professeurs de yoga. A Rishikesh notamment, considérée depuis des millénaires comme une ville sainte majeure en Inde, optez pour l’ashram Sri Sant Seva qui s’adressent davantage aux touristes étrangers. Il propose des chambres spacieuses donnant sur le Gange, fleuve sacré des hindous. Vous vous verrez proposer des cours de yoga, mais également de reiki, de massage ayurvédique et de cuisine.

yoga-inde-nord-cours

Roxane
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Bollywood : le cinéma indien

Contraction de Bombay et d’Hollywood, Bollywood désigne aussi bien l’industrie cinématographique que le genre. Se développant de plus en plus à travers le monde, son succès n’est plus à démontrer. Beaucoup moins cher que le cinéma américain, le cinéma indien tend à conquérir les écrans, aussi bien en Orient qu’en Occident.

Les films de Bollywood

bollywood-film

La production de Bollywood est la plus importante de la planète en termes de films tournés, à raison de 1 200 chaque année environ. Réalisés en hindi et en ourdou, ils sont diffusés dans toute l’Inde et s’exportent également dans le monde entier, notamment dans les pays du Maghreb, du Moyen-Orient et du sud-est de l’Asie. Récemment, on voit de plus en plus d’associations entre des compagnies américaines, telles que Disney ou Warner Bros, et indiennes afin de produire ou distribuer des films grands publics.

De la musique et de la danse

Les films de Bollywood s’apparentent au genre de la comédie musicale et comportent en général plusieurs clips musicaux, chantés et dansés. Les chansons ont souvent des thèmes romantiques, inspirés soit de la mythologie hindoue, soit de la tradition moghole en ourdou, empreinte de vocable arabo-persans.

Les scènes de danses sont dérivées de variétés de la danse indienne : on y trouve le kathak classique, la danse de courtisanes tawaif, le bharata natyam, le Bhangra et de la danse folklorique. Mais dans les films les plus récents, les danses traditionnelles sont mixées avec des danses plus modernes et occidentales, comme le disco, la salsa, le hip-hop et la break dance.

Diffusion à travers le monde

bollywood-danse

Le cinéma bollywoodien rencontre un succès sans égal en Inde ! Les films sont diffusés à grande échelle dans le pays mais aussi au Bangladesh, au Népal, en Afghanistan et au Sri Lanka. On en diffuse également au Pakistan, mais de façon clandestine ou privée, car les films bollywoodiens y sont officiellement interdits.

Par ailleurs, beaucoup de pays du Moyen-Orient et du Golfe Persique sont de gros consommateurs, et ce depuis plus de trente ans. Etant donné que les films indiens sont censurés, ils se rapprochent ainsi du mode de vie islamique et pallient aux productions américaines jugées impudiques.

Roxane
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Comment s’habiller quand on est une femme en Inde ?

Seule ou accompagnée, vous souhaitez visiter l’Inde et vous imprégner de sa culture ? N’oubliez pas que la place de la femme en Inde n’est pas la même qu’en Occident. Voyager seule en tant que femme dans ce pays peut donc comporter des risques, mais il vous est possible de les éviter, en commençant par votre garde-robe. Suivez nos conseils.

Adopter une tenue indienne pour se fondre dans le décor

Afin de passer le plus inaperçu possible, les tenues locales sont idéales pour visiter l’Inde en toute quiétude. C’est aussi un excellent prétexte pour aller faire du shopping une fois arrivé sur place ! Faites donc les boutiques à la recherche de votre tenue à des prix dérisoires, c’est l’avantage par rapport à la France. Le plus confortable, c’est sans doute le salwar kameez, un pantalon bouffant de type sarouel associé à une tunique.

habits-femme-inde-sari

En général, les Indiens ne seront pas choqués de vous voir habillée en jean et en T-shirt dans les villes. Par contre, cela risque d’être plus gênant lorsque vous vous éloignerez des grandes agglomérations. La règle à adopter dans ce cas, c’est donc de montrer le moins de peau possible. Pas d’épaules apparentes, pas de décolletés, pas de mini-jupe ou de short. Les normes de la pudeur étant différentes en Inde, vous pourrez en revanche dévoiler votre dos ou votre ventre, si vous portez un sari notamment.

Le foulard : l’accessoire indispensable

habits-femme-inde-foulard

Ce sera votre meilleur ami si vous sentez que les regards des hommes autour de vous se font trop insistants. Il se pourrait qu’ils n’aient pas l’habitude de voir des femmes occidentales ou alors vous pourriez attiser leur curiosité un peu malsaine en portant un simple débardeur. Dans ce cas, couvrez-vous les cheveux et si possible les épaules, vous passerez un peu plus incognito. Il vous sera également très utile lorsque vous visiterez un temple et que devrez vous couvrir la tête afin de respecter les mœurs de la culture indienne.

Roxane
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Les castes en Inde

Les castes trouvent leur origine dans l’hindouisme mais touchent toute la société indienne. On ne retrouve pas toutes les mêmes castes sur l’ensemble du territoire indien et il peut même y avoir des castes spécifiques à certaines régions. Pour en savoir plus sur cet aspect de la culture indienne, suivez le guide !

Le système de castes

caste-inde-hindou

La notion de castes est présente dans les plus anciens textes fondateurs de l’hindouisme qui décrivent la division de la société indienne où les hommes naissent et demeurent inégaux. Cette division est faite en quatre parties, les varnas, qui servent de bases à la constitution des castes. On trouve au sommet de cette hiérarchie : les prêtres (Brahmanes), suivis par les guerriers (Kshatriyas), puis les commerçants (Vaishyas) et enfin le reste de la population (Shudras).

Il y a aussi ceux qu’on appelle les intouchables, qui sont exclus du système des castes parce qu’ils exercent des métiers considérés comme dégradants ou impurs, à l’instar des bouchers, des mendiants, des chasseurs, etc.

Plus précisément, il existe plusieurs castes de chaque caste précédemment évoquée. Elles sont interdépendantes et sont appelées les jatis, c’est-à-dire les « espèces ». On définit donc généralement les Indiens par rapport à ces sous-castes et non par rapport aux vernas.

L’idée de pureté

Le mot caste a une origine occidentale, il vient du portugais « casta » qui signifie espèce et qui induit pur, non mélangé. Cela veut dire qu’un Indien né dans une caste ne pourra pas en changer au cours de sa vie. C’est le principe de la transmission héréditaire. Chaque individu a le devoir d’accomplir une tâche qui lui est attribuée par rapport à son rang et à sa naissance.

Prêtres hindous

Par ailleurs, les relations entre Indiens et Indiennes sont endogamiques, c’est-à-dire qu’on n’a le droit de se marier avec une personne de la même caste ou de la même sous-caste.

Le système hiérarchique des castes est lié à la conception du travail, au comportement de l’homme et à sa façon de vivre, selon qu’elle soit pure ou impure.

Les castes indiennes de nos jours

En réalité, l’idéologie qui repose sur l’hérédité et l’interdépendance a quelque peu été bouleversée aujourd’hui. Il n’existe pas vraiment non plus d’adéquation radicale entre le métier exercé et la caste à laquelle un Indien appartient.

De plus, les castes ont tendance aujourd’hui à s’adapter aux diverses situations de l’Inde contemporaine et tentent même de se faire entendre politiquement et médiatiquement dans le but de leur ascension socio-économique.

Roxane
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)